BD – Sarkozy-Kadhafi. Des billets et des bombes

La Revue Dessinée à presenté L’oeuvre en bande desinée Sarkozy-Kadhafi. Des billets et des bombes

la_revue_dessinée-soiree de presentation à la Revue Dessinée © Stefano Zago

Nouvelle parution par La Revue Dessinée. Une enquêtes sur le plus grand scandale recent en France en bande dessinée faite par cinq journalistes et un dessinateur.

Vous pouvez acheter ici le livre
Soutenez le commerce des librairies de Paris – Vous pouvez acheter le livre en passant par la BOUTIQUE d’ AltraParis.

Le dessinateur Thierry Chavant, les journalistes d’investigation Benoît Collombat (Radio France), Fabrice Arfi (Mediapart),  Geoffrey Le Guilcher (journaliste indépendant), Élodie Guéguen (Radio France), et  Michel Despratx (journaliste indépendant),   ont présenté cette enquête hors-norme sur l’un des plus gros scandales d’État de la Ve République.

Cinq reporters ont rassemblé le puzzle des liens entre le dictateur libyen etl’ancien président français. Une enquête longue et documentée sur un système de corruption au plus haut niveau de la République.

Les enquêteurs de Mediapart et Radio France ont assemblé les révélations d’un  scandale d’État immense : intérêts nucléaires et pétroliers, financement de la campagne presidentielle avec des intermédiaires véreux, opérations de désinformation, décès mystérieux. Pour ce scandale Nicolas Sarkozy a été mis en examen.

Sarkozy-Kadhafi. Des billets et des bombes – La Revue dessinée – Delcourt


La Revue Dessinée, c’est quoi ?

Avec des enquêtes, reportages et documentaires, La Revue Dessinée propose
la découverte de l’actualité en bande dessinée. trimensuelle sur abonnement
ou dans les meilleures librairies, les volues comptent plus de 200 pages d’information,
réalisées par dessinateurs et journalistes.

L’ambition de la revuec’est redonner le temps au traitement de l’information.
L’information est critique, engagée mais pas militante étant attachée à la diversité
des points de vue. C’est pourquoi on peut découvrir dans les pages
sujets et thèmes différents, entre économie, écologie, politique, société, musique,
cinéma, guerres et utopies.

Lancée en 2013, La Revue Dessinée compte aujourd’hui un tirage de plus
de 20 000 exemplaires, près de 6 000 abonnés et trois fois de lecteurs.


La Revue Dessinée
Contact
Abonnements


Autres contenus en report à la Revu Dessinée ici


Source : https://www.larevuedessinee.fr
Images : https://www.editions-delcourt.fr – © Stefano Zago – Urban Sketcher

EXPOSITIONS DESSINÉES – Dorothea Lange au Jeu de Paume

Une exposition visité et dessinée par Stefano Zago
Dorothea Lange au Musée du Jeu de Paume – Paris

• Reportage en cours de réalisation •
Autres réportages dessinés

ICI

« Présentant des œuvres majeures de la photographe américaine de renommée mondiale Dorothea Lange (1895, Hoboken, New Jersey ; 1966, San Francisco, Californie), dont certaines n’ont jamais été exposées en France, l’exposition « Dorothea Lange. Politiques du visible » est articulée en cinq ensembles distincts. Ceux-ci mettent l’accent sur la force émotionnelle qui émane de ces photographies ainsi que sur le contexte de la pratique documentaire de la photographe. Plus d’une centaine de tirages vintage, réalisés de 1933 à 1957, sont mis en valeur par des documents et des projections qui élargissent la portée d’une œuvre déjà souvent familière au public grâce à des images emblématiques de l’histoire de la photographie comme White Angel Breadline (1933) et Migrant Mother (1936). Les tirages exposés appartiennent pour l’essentiel à l’Oakland Museum of California, où sont conservées les archives considérables de Lange, léguées par son mari Paul Schuster Taylor et sa famille. »
L’article entier se trouve sur le site du Musée du Jeu de Paume – http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=3017)


source : Musée du Jeu de Paume
Images : Stefano Zago –  drawing.stefanozago.net

RICCARDO FRIZZA revient à PARIS

Maestro Frizza est l’un des plus éminents spécialistes du répertoire de l’opéra italien contemporain. Il fera son retour sur la scène de l’Opéra National de Paris (ONP).

Riccardo Frizza, directeur musical du Festival Donizetti Opera de Bergame, est un expert du répertoire italien en général et du Bel Canto romantico dont Rossini, Bellini et Donizetti sont les principaux représentants.

A Paris, le Maestro a également dirigé une version de concert d’Othello de Verdi, à la Salle Pleyel (2014, avec Roberto Alagna, Svetla Vassileva et Dmitri Hvorostovsky, récemment décédé à la tête de l’Orchestre national d’Île-de-France) avant de revenir en 2015 au Théâtre des Champs-Élysées avec Norma de Bellini (Maria Agresta, Marco Berti et Sonia Ganassi, Orchestre de Chambre de Paris).

ALTRAPARIS – Parlons tout de suite de l’Opéra maintenant mis en scène à Paris, le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini. Quels sont les points forts de la scène actuelle de l’Opéra National de Paris ?
RICCARDO FRIZZA – Le point fort de cette mise en scène est le souci du détail. Parfois, surtout à l’Opéra Comique, on ne voit pas cette attention particulière. Dans cette production, tout ce qui est écrit est pris en compte et mis en lumière. C’est un point fondamental. Ensuite, il y a un plan de scène intéressant, avec un plateau tournant. L’ensemble visuellement est très beau, et très difficile. Les chanteurs courent, sautent. C’est physiquement très difficile.

AP – Sur la base de cette complexité, une réponse pour ceux qui s’intéressent à l’arrière-plan de la mise en scène. Quelle est votre relation avec le metteur en scène (pour le Barbier actuellement sur scène à l’Opéra Bastille, Damiano Michieletto, ed) ?
RF – Je dois dire honnêtement que d’après mon expérience, je n’ai jamais eu de problèmes avec les réalisateurs. J’ai peut-être eu de la chance, cependant, cette installation qui a été mise en scène à Paris en 2014 comme en 2016 par Damiano Michieletto, un metteur en scène italien devenu célèbre dans le monde, est peut-être l’une des meilleures expressions de la mise en scène de l’Opéra avec une vision contemporaine. Il s’agit d’un Barbier sévillan qui respecte fidèlement la partition, il n’y a aucune variation dans la dramaturgie, au contraire, il est interprété à la lettre. Cela aide, car lorsque la dramaturgie correspond, cela facilite le travail. Des problèmes surgissent quand on veut faire des changements en général, parce qu’alors la musique ne peut plus évoquer cette expression. Il devient difficile de trouver la place. Mais quand on travaille avec des réalisateurs, on trouve toujours de la coopération. On parle, on discute. Au moins, je suis toujours enclin à trouver des solutions aux problèmes qui peuvent se produire pendant le travail, aussi parce que c’est le seul moyen d’en sortir, puisque le réalisateur a ses idées correctement. Il faut toujours trouver un point de rencontre.

AP – Vous avez de nombreuses années d’expérience à Paris. Quel est votre sentiment de respect pour la ville et le théâtre qui accueille vos œuvres ?
RF – Ici à Paris, j’ai fait le Cendrillon et l’Italien à Alger. Les trois œuvres les plus importantes de Rossini que j’ai faites ici à Paris. Pour moi, c’était une opportunité parce que l’orchestre et le chœur sont d’excellente qualité. Le travail est bien fait. Vous pouvez obtenir des choses très intéressantes. AP – Quelle est votre relation avec le public parisien, en la comparant avec le public italien, ou, plus généralement, comment considérez-vous votre relation avec le public italien et international ? RF – Je veux être honnête, pour moi le public est le même. Je ne fais pas l’opéra pour un public en particulier. J’espère évidemment que le public l’acceptera de la manière la plus positive possible. Mais je ne peux pas penser à aller à l’opéra, que ce soit aux Etats-Unis, en France ou en Italie, où il se trouve, parce que je ne peux pas interpréter la partition d’une manière différente selon le public qui est devant moi. Je pourrais dire, d’une manière égoïste (rires), que je fais de la musique pour moi-même, je la fais selon mon désir, mes canons, en essayant surtout de respecter la partition. J’essaie de mettre en scène en essayant de faire une œuvre révisée à partir de ma sensibilité mais le plus près possible du compositeur, où que je sois. J’espère toujours que le public sera réceptif. Mais honnêtement, quand je suis convaincu d’avoir bien fait mon travail, je ne m’inquiète plus si le public a reçu un bon ou un mauvais accueil. Je crois qu’un artiste ne doit pas changer sa sensibilité en fonction du public devant lui. Un artiste doit poursuivre son concept. Que ça te plaise ou non, c’est une autre histoire. C’est une question de cohérence artistique. Je suis récemment rentré du Japon. Ce n’est pas que la Traviata présentée au Japon diffère de la Traviata de Venise.

AP – Restant cependant sur la relation avec le public, pensez-vous que, par rapport à il y a des années, le jeune public répond de façon plus positive ou négative ?
RF – Je vois de plus en plus de jeunes publics à l’Opéra. Je ne comprends pas pourquoi cela n’est pas souligné. Si les théâtres sont pleins depuis des siècles, cela signifie qu’il y a toujours eu un changement de génération. Lorsque des choses intéressantes sur le plan culturel sont produites, selon la capacité d’écoute et la capacité de perception de l’auditoire, il y aura une compréhension plus ou moins approfondie. Évidemment, une culture plus profonde nous permet de comprendre des choses qu’un public moins préparé ne peut pas comprendre. J’ai une fille de 6 ans qui vient au théâtre, assiste aux répétitions, se passionne, comprend. Je pense que nous devons approcher les jeunes, les inviter. Peut-être pas tout de suite avec un Woyzeck, qui a aussi une histoire intéressante, mais d’abord avec un répertoire plus accessible, avec une histoire assez simple et qui vous invite à la passion. Ce spectacle est certainement approprié. C’est dans une tonalité moderne, chantée par les jeunes. Un jeune public peut certainement s’identifier et trouver plus d’affinités avec l’interprète. C’est un travail agréable et bien fait avec de nombreux moments d’hilarité.

AP – L’aspect de l’éducation musicale est-il important, afin d’encourager un public plus jeune à découvrir l’Opéra ?
RF – J’ai déjà eu l’occasion de dire que plus qu’à la culture musicale, qui veut avoir une approche de l’Opéra, doit avoir une culture au Théâtre. La plupart du temps, nous pensons à la musique, mais l’Opéra fait partie de la culture du Théâtre. Il faut être passionné de théâtre. Nous devons comprendre ce que le théâtre a toujours signifié. Vous pouvez apprécier la musique, mais vous devez aussi comprendre pourquoi vous faites du théâtre. Alors l’Opéra est une étape conséquente, c’est du drame ou de la comédie en musique.

AP – Revenons au Barbier de Séville, une réflexion sur le Barbier mis en place par ses prédécesseurs, comme Abbado/Ponnelle, par exemple ?
RF – Parlons du point le plus haut de la direction classique. J’ai eu la chance de diriger deux fois la Cendrillon de Ponnelle, à Munich et à Florence. C’est vraiment un grand artiste. Un point de référence tant d’un point de vue musical que d’un point de vue scénique. Il est difficile de faire une Cendrillon ou un Barbier après Ponnelle.

AP – Vous êtes un spécialiste dans le domaine du Bel Canto, comme pour le mélodrame de Verdi. Comment la direction du Falstaff peut-elle influencer la confrontation du Barbier ? Ou est-ce que diriger Othello de Verdi vous amène à voir Othello de Rossini d’une autre manière ?
RF – Nous parlons de choses vraiment différentes. Quand Verdi écrit le Falstaff, il dépoussière l’Opéra Buffa, change complètement sa façon de le faire. Après Rossini et Donizetti, très peu de compositeurs italiens se sont aventurés dans ce domaine et les rares qui se sont aventurés l’ont fait avec peu de résultats brillants. Ce n’était pas facile de faire des opéras comiques après Rossini ou Donizetti. Le seul qui pouvait le faire, c’était Verdi, et quand il arrive, que fait-il ? Il éradique totalement les concepts de l’opéra du début du XIXe siècle, pour trouver une nouvelle forme, lui donner de la vigueur. Pour faire un opéra comique de valeur, il faut un grand livret, il faut une grande comédie. Il l’a trouvé dans le Comari de Windsor, qui est devenu plus tard le Falstaff. D’une certaine manière, l’école Rossini est en dessous, en tant que connaissance du théâtre, de savoir comment faire bouger les actions en les encadrant. Verdi le fait sans utiliser ces clichés, où tous les personnages chantaient la même ligne. Verdi opère un renouvellement total. Ce sont des choses complètement différentes : on ne peut pas penser que le barbier de Séville et Falstaff pensent à trouver des choses en commun. Il devient difficile de faire un parallèle. Peut-être, si nous essayons de faire une comparaison, mais prenons cela avec les pinces, je pourrais dire que Falstaff est plus mozartien.

AP – Face à un travail qui a déjà été effectué par différents interprètes, comment est-il vécu ?
RF – Les interprètes sont tous différents. Chaque chanteur a sa propre personnalité, c’est évident. Ce qui est vrai, cependant, c’est le score. Tout le monde part de cette hypothèse. Il y a une volonté du compositeur qui doit être respectée de toute façon. Puis quelques nuances sont présentes. Chaque artiste se présente sur scène selon sa propre sensibilité. Quand on a une idée interprétative, on essaie de la faire avancer. Ensuite, l’Opéra est un grand compromis, en ce sens que votre interprétation passe toujours par la sensibilité du chanteur. Plus vous êtes convaincant au niveau de l’interprétation, plus le chanteur adopte votre idée. Cela dépend aussi de la relation avec l’artiste sur scène. Il peut avoir une idée interprétative très semblable à la vôtre, ou vous devez avoir la capacité de le convaincre de la valeur de votre idée. C’est un aspect fondamental.

AP – En parlant des interprètes, elle avait une relation importante avec le baryton Hvorostovsky. Quel souvenir et quelle relation aviez-vous avec ce personnage, malheureusement disparu ?
RF – J’ai travaillé avec lui plusieurs fois. C’était un artiste très charismatique. J’ai eu la chance de faire un Othello avec lui ici à Paris. C’était une personne très serviable et nous avons toujours très bien travaillé ensemble. Il était tout à fait en phase avec mes idées. Une grande perte étant une figure d’importance mondiale. Il a toujours inclus dans ses personnages sa forte personnalité et son impétuosité ainsi que ses qualités vocales.

AP – Vous avez travaillé sur pratiquement tout le corps Rossinien….
RF – Dernièrement, j’ai moins travaillé sur Rossini qu’il y a quelques années. Il y a encore quelques titres que j’aimerais faire. Plus loin, je reviendrai sur quelque chose, sur ce que je préfère. Passer en revue les mêmes choses après des années est toujours une expérience intéressante. Vous le voyez avec des yeux différents, plus mûrs, et avec plus d’expérience.

AP – Votre avis sur l’esthétique Rossini.
RF – L’aspect psychologique ou dramaturgique n’évoque presque jamais cette musique. La plupart du temps, la musique a sa propre direction, très souvent l’oreille est très loin de ce qui se passe. Par exemple, la première œuvre de Rossini, Tancredi, qu’il a écrite à l’âge de vingt ans, au point le plus tragique, où Amenaide est sur le point d’être envoyée à la potence par son père, ressemble rythmiquement à une rumba. Il est parfois difficile de comprendre le lien entre l’état émotionnel des personnages et ce que la musique évoque. Mais si vous les analysez bien, vous trouverez les points d’union, et c’est déconcertant. Comme le début de la Petite messe solennelle, seule l’ouverture, avec le Kyrie, accompagnée par des pianos. Personne ne s’attendrait à une masse avec cette approche. C’est le génie de l’auteur. Chaque note a une grande pensée.

AP – Quel est le poids de la direction de la musique symphonique non opérationnelle dans votre activité ?
RF – Je suis chef d’orchestre et je fais aussi de la musique symphonique. Je ne pense pas qu’il y ait une différence entre un metteur en scène d’opéra et un metteur en scène symphonique. Ce serait une fausse idée. Un chef d’orchestre est un chef d’orchestre. Si nous regardons en arrière dans l’histoire, les plus grands chefs d’orchestre ont été des chefs d’orchestre symphonique et d’opéra : de Karajan, à Toscanini, à Muti, à Abbado plutôt que Vittorio Gui, Victor de Sabata… Zubin Mehta. Ils ont été de grands metteurs en scène d’opéra et de grands directeurs de musique symphonique. Aujourd’hui, mon agenda, à 60, 70 pour cent, est consacré à l’Opéra, ce qui, en tout cas, permet une préparation beaucoup plus longue et laborieuse. Cependant, je n’oublie jamais l’activité symphonique. J’aimerais faire plus, mais j’aime toujours faire l’Opéra, parce que je le trouve le plus intéressant, le plus difficile. Techniquement, il est beaucoup plus complexe d’assembler un opéra qu’un concert symphonique. Il y a différents défis, le contrôle des masses, des chœurs, de l’orchestre. Je sens que de ce point de vue, c’est ma vocation.

AP – En ce qui concerne les formes d’écoute aujourd’hui, la musique enregistrée est à votre avis une incitation ou un obstacle.
RF – Je crois que la musique doit être écoutée en direct, au théâtre et dans les salles de concert. Le problème aujourd’hui est que vous avez une perception distante, alors que la musique live est très différente de la musique enregistrée, surtout si elle est enregistrée en studio. En studio, on peut faire des miracles qu’on ne peut pas faire en direct. Alors, comme moyen de diffusion, c’est très bien. Mais pour avoir la bonne approche, il faut aller vivre les sensations au Théâtre. Lorsqu’on écoute de la musique enregistrée, il y a un manque de profondeur et de perception visuelle. Sous cette forme, voir l’Opéra peut être limitatif.

AP – En ce qui concerne votre agenda, en laissant plus ou moins la semence de l’expérience, à quoi aimeriez-vous faire face dans l’avenir ? RF – Cette année, je vais faire le Semiramide, que je n’ai pas traité depuis 2005. Treize ans se sont écoulés. Je tiens beaucoup à reprendre cette partition, d’autant plus que je la considère, avec Guglielmo Tell, comme l’une des partitions les plus importantes de Rossini. La dernière des productions italiennes, avant son déménagement à Paris. Au début de ma carrière, je n’avais peut-être pas la maturité et l’expérience nécessaires pour affronter un score aussi exigeant. Le reprendre cette année après treize ans est une expérience qui me rend très heureux. Cela me permet d’approfondir des choses que je n’ai peut-être pas reconnues dans ma jeunesse. C’est très intéressant. Pour cette année, nous verrons bien. Aussi l’année dernière ou repris Aida, ce que je n’ai pas fait pendant plusieurs années. Lorsque vous reprenez les partitions, les études reprennent. Vous partez en voyage avec eux et les emmenez sur de meilleures rives. Ils évoluent, les métabolisent, les laissent mûrir. Au fil du temps, il continue à les élaborer, même s’il n’ouvre plus les partitions depuis de nombreuses années. Aussi certaines certitudes que vous pensez avoir atteintes, vous les regardez d’un autre point de vue. C’est notre vie, il n’y a rien de plus beau.

Entretien avec le Maestro Riccardo Frizza par Stefano Zago à Paris le 11 janvier 2018.
Un grand merci au Maestro pour sa gentillesse et sa disponibilité.
Le site officiel du maestro Frizza : www.riccardofrizza.com.

SZ – © Stefano Zago – AltraParis – 2018 –
*Source : Fidelio Artist Press Dossier de presse – vscavaortz@fidelioartist.com – www.fidelioartist.com
Riccardo Frizza © Joan Tomás – Artiste Fidelio – I Puritani Budapest 2017_ph Posztós János

À la Libreria,Paris – Mimmo Lucano et le modèle Riace

À la Libreria Paris, presentation de MIMÌ CAPATOSTA, Mimmo Lucano e il modello Riace, par Tiziana Barillà

Mimì Capatosta – Tiziana Barillà – © Fandango Libri

La Libreria et l’association « Circolo Carlo Giuliani » de Paris vous convient à cette rencontre avec Tiziana Barillà pour parler d’un homme extra-ordinaire, homme qui aurait pourtant certainement préféré poursuivre son action, sans attirer l’attention.

Lundi 4 février 2019 à 19h

Soutenez le commerce des librairies de Paris – Vous pouvez RESEVER LE LIVRE à LA LIBRERIA, en passant par la BOUTIQUE d’ AltraParis.

Au printemps 2016, la prestigieuse revue américaine Fortune publie sa liste annuelle de 50 leaders mondiaux de l’année, les femmes et les hommes les plus influents de la planète. Dans cette liste, avec le Pape François, Angela Merkel, Aung San Suu Kyi et Bono Vox, à la quarantième place, son nom est là, Mimmo Lucano, le maire d’une toute petite commune de Calabre de 2000 âmes, Riace. Il est le seul italien de cette liste. Les Etats-Unis portent l’Italie à prendre conscience d’un fait : à l’extrême sud de la péninsule, au pied de l’Aspromonte, en pleine Locride, il se pourrait bien qu’on trouve le meilleur maire du monde. Lui appelle cela « l’utopie de la normalité » et elle prend naissance en 1998 avec le premier débarquement de réfugiés kurdes à Riace. Depuis, la petite ville a accueilli plus de 6000 immigrés qui ont repeuplé la commune. Un quart des habitants est né hors de Calabre : ils arrivent d’Afghanistan, du Sénégal, du Mali, ont risqué leur vie en traversant la Méditerranée et ont trouvé un toit à Riace. Certains servent d’interprètes, d’autres s’occupent des jardins du centre ville, du tri différencié des ordures ménagères avec un chariot tiré par un âne et d’autres encore nettoient les plages. Le modèle s’est exporté dans d’autres communes de la Locride; dans un moment historique où des murs se bâtissent et où les frontières se renforcent, Riace est non seulement un signe et un espoir en un futur meilleur mais une réelle alternative économique. A travers des rencontres, des voyages et le partage d’une appartenance territoriale et idéologique, Tiziana Barillà, journaliste, nous livre un portrait approfondi de ce formidable maire qui se raconte en toute liberté. Chemin faisant, Mimmo Lucano ne s’est pas fait que des amis… il a été arrêté en octobre dernier, accusé d’aide à l’immigration clandestine, et placé aux arrêts domiciliaires. Aujourd’hui toujours maire, il est interdit de séjour à Riace. La soirée se déroulera en italien et s’achèvera sur un verre amical.

MIMÌ CAPATOSTA, Mimmo Lucano e il modello Riace, par Tiziana Barillà
la Libreria di Parigi – Il 4/02/2019


La Libreria
LA LIBRERIA – 89, rue du Fbg Poissonnière – 75009 Paris
Tel + 33 1 40 22 06 94 – Fax + 33 1 76 50 94 87
www.libreria.frhttp://blog.libreria.fr
facebook: La Libreria à Paris
Métro : Poissonnière (Ligne 7) 
Contact


Autres contenus en report à la Libreria di Parigi ici


Source: Communiqué presse © la Libreria Parigi
Images: Mimì Capatosta – Tiziana Barillà – © Fandango Libri – Sito internet www.libreria.fr

Viva Momix Forever

Théâtre des Champs-Élysées
Du 24 décembre 2017 au 7 janvier 2018

c4e6358c3429cac582766cb5a8abfe17.jpg

Depuis plus de 37 ans, Momix, compagnie de danseurs-athlètes-illusionnistes, crée un monde d’images surréalistes en utilisant des structures scéniques, des lumières, des images 3D, des ombres, de l’humour et le corps humain. La clé secrète réside dans la capacité onirique de fondre fiction et réalité, illusion d’optique et vérité scénique : le spectateur est amené aux confins de la réalité, de l’imaginable, du crédible.

Avec Viva Momix Forever, Moses Pendleton, créateur et directeur artistique, célèbre l’avènement de sa compagnie et nous présente un florilège de ses meilleures chorégraphies, couplées à des pièces inédites. La célèbre compagnie américaine invite le public parisien à vivre une expérience visuelle et musicale unique.


Théâtre des Champs-Élysées

Adresse : 15 avenue Montaigne
75

 

008 Paris 8e
Métro : Alma – Marceau (9)
Réservation : 01.49.52.50.50 lun au ven 11h-18h, sam 14h-18h
Site web : www.theatrechampselysees.fr


Source et image : l‘Officiel du spectacle – Thêatre des Champs Elysées


Germana Mastropasqua e Xavier Rebut

Le avventure di Pinocchio-Luigi Comencini
Parmi les nombreuses adaptations nous conseillons feuilleton télévisé de Luigi Comencini
Théâtre de l’Odéon
Ateliers Berthier
1 rue André Suarès ? 75017 Paris

Trouver cet endroit avec Google Maps

Métro
Porte de Clichy (ligne 13)
Horaires
Spectacle à 20.00 ; 15.00 ; 14,30 (selon la date)
Tarifs
Plein tarif 28?
Tarif reduit (moins de 26 ans) 14?