«Formes de l’Invisible» au Parc Floral

Le Parc Floral de Paris accueille «Formes de l’Invisible», une exposition en plein air de la sculptrice Daniela Capaccioli.

du 31 mai 2021 au 1° octobre 2021,de 9h30-20h tous les jours.

Univers onirique peuplé de personnages, animaux et figures mythologiques, ses sculptures se manifestent au spectateur comme des présences évanescentes et discrètes, qui l’accompagnent dans un voyage entre passé, présent et futur.
Encadrées par la végétation luxuriante de ce jardin botanique, les sculptures de Daniela Capaccioli surprennent le «voyageur» au fil de ses déambulations florales.

L’exposition comprend une quarantaine de pièces installées dans le Par Floral principalement sur et autour du bassin et de la scène musicale.

Réalisées en treillis métallique, elles laissent percevoir la fragilité de la matière, mais « la légèreté du procédé artistique n’interdit alors aucun état émotionnel intense pour celui ou celle qui regarde l’œuvre exposée : happée par une certaine noirceur empreinte de nostalgie ou au contraire rattrapée par une vague d’espérance joyeuse. L’univers de Daniela Capaccioli n’est pas naïf.

Il interpelle avec douceur mais gravité. En témoignent les chimères et autres sirènes qui prennent la suite des hommes et bêtes inventés. Seul le majestueux Cerbère de Daniela Capaccioli suscite tout en même temps effroi véritable et irrésistible envie de caresser ses trois têtes aux mâchoires acérées.

Tout autant timide que rêveuse, elle aime à penser que le vide est habité et que la solitude n’est faite que de présences discrètes et silencieuses comme autant d’ombres bienveillantes.
Installée dans son atelier montreuillois, Daniela Capaccioli continue encore et encore à tirer ce fil de fer de l’invisibilité pour offrir des expériences poétiques et surprenantes, avec un goût de l’épure aussi instinctif que spirituel.»

Sophie Bertrand

site et reseaux:

http://www.sculpture-danielacapaccioli.com/fr/

https://www.instagram.com/danielacapaccioli/?hl=it

https://www.facebook.com/daniela.capaccioli/

video:

Texte et Images : ©Donatella Capaccioli – Dossier de Presse

EXPOSITION – Voyage sur la route du KISOKAIDŌ,

Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi sera la première exposition proposée par le musée Cernuschi après sa réouverture à l’issue d’un chantier de rénovation de 9 mois.

Elle rassemblera, à partir du 16 octobre, un ensemble inédit de près de centcinquante estampes japonaises, dont certaines seront dévoilées pour la première fois au public. À travers un parcours rythmé par les différents relais de la route du Kisokaidō, un choix d’objets remarquables fera écho aux gravures exposées : armure, boîtes à calligraphie, katana, selle de bataille ou encore nécessaires à pique-nique seront présentés. L’exposition permettra de parcourir en images l’une des routes les plus spectaculaires du Japon : le Kisokaidō, qui était une des cinq voies du réseau routier créé au Japon durant l’époque Tokugawa (1603-1868). Elle reliait Edo (actuelle Tōkyō), où le shogun avait sa résidence, à Kyōto, siège de l’empereur. Contrairement à la route du Tōkaidō, qui rejoignait l’ancienne capitale en cinquante-trois relais le long de la côte, le Kisokaidō, jalonné de soixante-neuf étapes, traversait l’intérieur montagneux. Il suivait un itinéraire plus long, parfois plus pittoresque et ardu en raison de la présence de neuf cols escarpés.

Entre 1835 et 1838 le Kisokaidō fit l’objet d’une série d’estampes réalisées par Eisen (1790-1848) et Hiroshige (1797-1858), dont le succès fut considérable. Deux autres séries virent le jour sous le pinceau de Kunisada (1786-1865) et de Kuniyoshi (1797-1861).

Elles constituent les deux grandes parties du parcours de l’exposition.
___________

MUSÉE CERNUSCHI
Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi
Avec les prêts exceptionnels de la collection Georges Leskowicz
du 16 octobre 2020 au 17 janvier 2021

___________

Les actualités et rendez-vous au
Musée CERNUSCHI

___________

Source : https://pierre-laporte.com
Image: © Keisai Eisen (1790–1848) Les Relais de la route du Kisoji, Relais n°41. Nojiri : vue du pont de la rivière Inagawa, 1835-1838 Xylogravure polychrome, format ōban yoko-e © Fundacja Jerzego Leskowicza

Exposition Virtuelle au Louvre – FIGURE d’Artiste

La Petite Galerie du Louvre propose, pour sa 5e saison, une exposition intitulée « Figure d’artiste ». Elle accompagne le cycle d’expositions que le musée consacre en 2019-2020 aux génies de la Renaissance : Vinci, Donatello, Michel-Ange ou Altdorfer.

Albrecht Dürer,
Portrait de l’artiste tenant un chardon © Musée du Louvre / Erich Lessing
C’est à la Renaissance que l’artiste affirme son indépendance et cherche à quitter le statut d’artisan pour revendiquer une place particulière dans la cité. Cette invention de la figure de l’Artiste a cependant une histoire plus ancienne et complexe que l’ampleur des collections du Louvre permet de mesurer, des premières signatures d’artisans dans l’Antiquité aux autoportraits de l’époque romantique. La signature, l’autoportrait, l’invention du genre de la biographie d’artiste servent son dessein : mettre en images les mots et accéder à la renommée accordée aux poètes inspirés par les Muses. En France, l’Académie royale de peinture et de sculpture et le Salon, première exposition temporaire d’art contemporain, apportent, sous le regard de la critique, la reconnaissance et les commandes aux artistes avant qu’ils ne soient consacrés par leur entrée au musée. C’est ainsi que le lien ancien entre les arts visuels et les textes a conduit à inviter, cette année, la littérature pour un dialogue fécond entre textes et images.
 
Les actualités et rendez-vous au Musée du LOUVRE
 
Visite virtuelle de l’exposition
 
Source : https://petitegalerie.louvre.fr/visite-virtuelle/saison5/ – Image:  Albrecht Dürer,
Portrait de l’artiste tenant un chardon © Musée du Louvre / Erich Lessing

EXPOSITIONS DESSINÉES – Dorothea Lange au Jeu de Paume

Une exposition visité et dessinée par Stefano Zago
Dorothea Lange au Musée du Jeu de Paume – Paris

• Reportage en cours de réalisation •
Autres réportages dessinés

ICI

« Présentant des œuvres majeures de la photographe américaine de renommée mondiale Dorothea Lange (1895, Hoboken, New Jersey ; 1966, San Francisco, Californie), dont certaines n’ont jamais été exposées en France, l’exposition « Dorothea Lange. Politiques du visible » est articulée en cinq ensembles distincts. Ceux-ci mettent l’accent sur la force émotionnelle qui émane de ces photographies ainsi que sur le contexte de la pratique documentaire de la photographe. Plus d’une centaine de tirages vintage, réalisés de 1933 à 1957, sont mis en valeur par des documents et des projections qui élargissent la portée d’une œuvre déjà souvent familière au public grâce à des images emblématiques de l’histoire de la photographie comme White Angel Breadline (1933) et Migrant Mother (1936). Les tirages exposés appartiennent pour l’essentiel à l’Oakland Museum of California, où sont conservées les archives considérables de Lange, léguées par son mari Paul Schuster Taylor et sa famille. »
L’article entier se trouve sur le site du Musée du Jeu de Paume – http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=3017)


source : Musée du Jeu de Paume
Images : Stefano Zago –  drawing.stefanozago.net

EXPOSITION – Le LOUVRE – Figure d’artiste

 La Petite Galerie du Louvre propose, pour sa 5e saison, une exposition intitulée « Figure d’artiste ». Elle accompagne le cycle d’expositions que le musée consacre en 2019-2020 aux génies de la Renaissance : Vinci, Donatello, Michel-Ange ou Altdorfer.

Albrecht Dürer,
Portrait de l’artiste tenant un chardon

© Musée du Louvre / Erich Lessing

C’est à la Renaissance que l’artiste affirme son indépendance et cherche à quitter le statut d’artisan pour revendiquer une place particulière dans la cité. Cette invention de la figure de l’Artiste a cependant une histoire plus ancienne et complexe que l’ampleur des collections du Louvre permet de mesurer, des premières signatures d’artisans dans l’Antiquité aux autoportraits de l’époque romantique. La signature, l’autoportrait,  l’invention du genre de la biographie d’artiste servent son dessein : mettre en images les mots et accéder à la renommée accordée aux poètes  inspirés par les Muses. En France, l’Académie royale de peinture et de sculpture et le Salon, première exposition temporaire d’art contemporain, apportent, sous le regard de la critique, la reconnaissance et les commandes aux artistes avant qu’ils ne soient consacrés par leur entrée au musée. C’est ainsi que le lien ancien entre les arts visuels et les textes  a conduit à inviter, cette année, la littérature pour un dialogue fécond entre textes et images.

Les actualités et rendez-vous au Musée du LOUVRE

Source : https://petitegalerie.louvre.fr/visite-virtuelle/saison5/ – Image: © https://petitegalerie.louvre.fr – Albrecht Dürer,
Portrait de l’artiste tenant un chardon © Musée du Louvre / Erich Lessing

À l’Halle Saint Pierre, le monde selon Roger Ballen

A l’origine d’un style unique, souvent documenté sous le terme « Ballenesque », Roger Ballen est l’un des photographes les plus importants de sa génération.

Roger Ballen: The Back of the Mind – 2012 – DPresse ©PIERRE LAPORTE COMMUNICATION

Il a acquis une reconnaissance internationale grâce à une utilisation singulière et puissante de différentes techniques, dessins, peinture, sculpture et collages pour créer des installations élaborées, inventant une nouvelle esthétique hybride fermement enracinée dans l’art photographique. Parallèlement, Roger Ballen a réalisé plusieurs vidéos acclamées par la critique, notamment I fink u freeky, avec le groupe sud-africain Die Antwoord.

Avec l’exposition Le Monde selon Roger Ballen, la Halle Saint Pierre présente pour la première fois en France une véritable rétrospective de cet artiste hors-normes. A cette occasion, Roger Ballen produit des installations inédites in situ et dévoile ses récentes photos en couleur, encore jamais montrées.

Tradotto dal Dossier de Presse : ©PIERRE LAPORTE COMMUNICATION

Halle Saint Pierre: Le Monde Selon Roger Ballen


HALLE SAINT PIERRE
www.hallesaintpierre.org
Comment y aller
Informations pratiques


Il programme complet des expositions à la HALLE SAINT PIERRE ICI


Source texte : DP_HSP_Ballen.pdf
Immages: Roger Ballen: The Back of the Mind – 2012 – DPresse ©PIERRE LAPORTE COMMUNICATION

Le MAG – EXPOS – Réinventer Calais

Le CPIF présente les travaux réalisés dans le cadre de la commande photographique « Réinventer Calais »*. Œuvres de Lotfi Benyelles, Claire Chevrier, Jean Larive, Elisa Larvego, Laurent Malone, André Mérian, Gilles Raynaldy et Aimée Thirion, réalisées dans le cadre de la commande photographique éponyme du Centre national des arts plastiques et du PEROU

© Elisa Lavergo / Cnap

Réinventer Calais s’inscrit dans la continuité de l’action que mène l’association PEROU « parce qu’il est question de soigner le regard que collectivement nous portons sur Calais. Parce qu’il est question de renverser les évidences, et de cultiver enfin le récit d’une ville-monde aujourd’hui écrasé par une iconographie du pire. Parce qu’il est question de faire place enfin à cette « ville invisible » constituée de la matière des constructions, des rêves, des relations, des commerces en tout genre qui font effectivement lieu. Parce qu’il est question de rendre publique une autre écriture politique, et d’entendre enfin la New Jungle de Calais comme « tiers paysage ». »
(Sébastien Thiéry, coordinateur des actions du PEROU)

Avec cette exposition, le CPIF poursuit son étude des formes de témoignages et de l’articulation de formes narratives documentaires et fictionnelles.

Table-ronde : Samedi 23 novembre à 15h
« Quelles représentations pour le phénomène migratoire et ses conséquences ? »
Navette gratuite depuis Paris, sur réservation

Cette exposition fait l’objet d’un partenariat entre le Centre national des Arts plastiques, le Cabinet de photographie du Centre Pompidou/MNAM et le CPIF pour un événement conjoint autour des questions de représentations des conditions de vie liées aux migrations. Avec au Centre Pompidou l’exposition : Calais – Témoigner de la “jungle”.

EXPOSITION TERMINÉ


CPIF Centre Photographique d’Île de France
www.cpif.net/fr/programme/reinventer-calais-cnap
INFORMAZIONI PRATICHE


Il programma completo delle mostre al CPIF qui


Fonte: www.cpif.net/fr/programme/reinventer-calais-cnap
Immagine : Elisa Larvego, Zara devant la porte de la Belgium kitchen, zone nord de la jungle de Calais, 2016, FNAC 2017-0053 (8), réalisée dans le cadre d’une commande publique photographique du Centre national des arts plastiques (Cnap) et du Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines (PEROU) intitulée « Réinventer Calais » en 2016, Cnap  © Elisa Lavergo / Cnap

Giorgio Petracci à la Curieuse Galerie

Giorgio Petracci expose ses pastels à la Curieuse Galerie – Paris 11ème

Vibrations automnales

« Le désir est d’attraper un nuage qui passe, de le sentir et de le toucher sans l’arrêter. Le souvenir que je garde de ce moment m’aide à associer les couleurs aux impressions que je reçois.

Dans mon travail, j’essaie d’illustrer les mutations de ce passage qui déclenchent une série de mouvements à peine perceptibles.

Tout semble s’arrêter quand au contraire une fissure ouvre une fenêtre sur le vide où, finalement, une absence de contraintes règne.

Comme si c’était une destination prédéterminée, l’œil, entraînant avec lui aussi l’esprit, nous dirige vers ce lieu où les lignes et les couleurs sont libres d’occuper l’espace et d’interpréter ses volumes.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est de décrire ce flux calme, bien qu’imparable, qui cache en son sein un noyau incandescent de sensations.

La plupart des œuvres créées pour cette exposition sont ma traduction chromatique de ces moments en suspension comme de généreux miroirs qui reflètent plus que ce que nous y voyons habituellement ». Giorgio Petracci

Giorgio Petracci – Pastels

Du 20/11/2019 au 28/12/2019

à la Curieuse Galerie – Paris 11ème

Curieuse Galerie – 25 rue Chanzy 75011 Paris

Informazioni pratiche

Le programme des expositions à la Curieuse Galerie ici

http://giorgiopetracci.com

Source: Texte écrit par © Giorgio Petracci
Images : © Giorgio Petracci © Curieuse Galerie

D’après Fragonard – Dessin au Musée du Luxembourg

Dessin réalisé pendent l’exposition Fragonard au Musée du Luxembourg – Paris 2016
D’après Fragonard
Dessin sur carnet
TECHNIQUE
stylo-feutre sur papier pour aquarelle
DIMENSION
 20×30 (dessin 29 – perforé sur le haut) cm

OEUVRE ORIGINALE DISPONIBLE ICI
INFO : (info@stefanozago.net)

Mes oeuvres sont disponibles à la vente sur

ÉPREUVES D’ARTISTE

Impressions numériques sur papier fine art

Oeuvres disponibles en vente sur