Salon LittExil

Salon des littératures de l’exil et de la migration – 4e édition

Samedi 15 février 2020 de 11h à 18h30

En partenariat avec le Collège d’études mondiales-Fondation Maison des sciences de l’homme (Chaire « Exil et migrations » d’Alexis Nuselovici – Nouss), cette quatrième édition du salon LittExil invite des auteurs, des graphistes et des éditeurs indépendants à rencontrer le public et dédicacer leurs ouvrages.

Programme de la journée

11h-12h : Table ronde – « Édition et graphisme, mettre en forme les paroles en déplacement »

Comment les écritures graphiques facilitent-elles la présentation, compréhension et diffusion des réalités migratoire ? Comment le graphisme constitue-il, autrement que l’écrit une narration spécifique sur ces thématiques ? Une table ronde animée par Stéphanie Bartolo (Médiathèque Abdelmalek Sayad).
Interventions de Zeina Abirached (sous réserve), Bédéiste, Francesca Cozzolino pour la revue Polygraphe(s), Dugudus, graphiste et dessinateur politique, Kkrist Mirror pour sa trilogie : Gitans, Tsiganes, Manouches (édition Steinkis).

14h-15h : Conférence de Omar Benlaala

Omar Benlaala est écrivain, lauréat du Prix littéraire de la Porte Dorée 2019 pour son roman Jamais tu n’habiteras Paris.
Avec Alexis Nouss, professeur de littérature comparée et titulaire de la Chaire « Exil et migrations » au Collège d’études mondiales-Fondation Maison des sciences de l’homme.

15h-16h : Table ronde – « Les présences africaines dans la littérature de langue française »

Comment les auteurs issus des diasporas africaines réécrivent-ils leur histoire et celle des relations avec l’Europe ? Quelle est la singularité de leur regard et de leur voix ? Comment la littérature constitue-t-elle un espace privilégié où les créativités et les cultures africaines portées par les migrations peuvent se déployer et se transmettre dans les sociétés contemporaines ?

Une carte blanche à Kidi Bebey, écrivaine, journaliste et éditrice centrée sur l’histoire et les personnalités africaines, en résidence en 2020 au Musée national de l’histoire de l’immigration, qui invite Hemley Boum (Les jours viennent et passent, Gallimard, 2019) et Mohamed Mbougar Sarr (Le silence du cœur, Présence africaine, 2018).

16h30-17h30 :  Lecture -performance musicale de Violaine Schwartz – « Papiers ». 

À partir de témoignages de demandeurs d’asile, en se donnant comme contrainte de n’écrire qu’à partir des mots entendus, Violaine Schwartz a composé «Papiers» (publié aux éditions POL en avril 2019), une fresque de voix retraçant ces parcours, le hasard des chemins parcourus, la douleur de tout abandonner derrière soi, le courage de partir, les affres de l’attente, l’absurdité de la bureaucratie, les souvenirs à vif, la culpabilité de survivre, la peur encore, l’espoir aussi, la vie qui s’invente malgré tout, pas à pas, sur la route de l’exil.

À l’heure où l’Europe s’emmure derrière la peur et l’indifférence, à l’heure des barbelés, Dominique Pifarély et Violaine Schwartz, au violon et à la voix, avec la complicité de Christophe Hauser, au son, donneront à entendre le tempo de ces récits de vies, le vol des oies sauvages dans le ciel, la lame de fond des acronymes bureaucratiques. Travaillant en contrepoint, à l’unisson, en choeur, en écho, ils nous diront le souffle de ces voix, pour qu’elles nous parlent comme à l’oreille.

Le salon des éditeurs indépendants et des revues plurielles

Les éditeurs et revues présenteront lors du salon LittExil leurs publications récentes sur l’exil et les migrations.

Avec la participation de : Action, Au nom de la mémoire, Baïka, Hommes & Migrations, Koïne, La boite à bulles, La Fabrique, L’Autre, Naqd, POL, Polygraphe(s), Radici, Sakamo, Sigila, Signes et Balises, Steinkis, Vacarme, Ver à soie, Wahed.

La librairie Tschann sera présente sur toute la journée pour la vente des ouvrages des éditeurs plus généraux.

Le site du MUSÉE de L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION c’est ICI

Source – Image : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2020-01/salon-littexil?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Fvrier_2020&utm_medium=email

Canthel-Sorbonne : un colloque sur le retour de la restitution

TERMINÉ

Canthel-Sorbonne propose un colloque – Le retour de la restitution
Géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour

Repatriation strikes back. Sujet récurrent depuis une trentaine d’année, la question de la restitution des objets volés ou spoliés est de retour, dans un contexte politique a priori plus favorable. Si les préconisations du rapport Sarr-Savoy (2018) suscitent de vives confrontations au sein des mondes muséaux et marchands, cette journée d’études vise à dépayser le débat en donnant la parole aux acteurs, aux publics et aux pays concernés par le retour et l’accueil de ces objets.

La restitution est-elle le fait du prince, ou l’aboutissement de décennies de réclamations successives? De quelle géopolitique est-elle le nom ? Quels sont les acteurs de cette histoire ? Quelles places donner aux diasporas longtemps ignorées par les musées européens ? Comment penser les transferts et les appropriations ici et là-bas ? Quels statuts ces objets sacrés et royaux devenus « fétiches de musées » vont-ils prendre lors de leur retour ? Quels seront leurs publics ? Comment considérer et expliquer les oppositions locales au retour ? Mêlant acteurs et chercheurs, organisée autour de questions vives et actuelles, mais aussi immémoriales, cette journée ambitionne de lancer le débat plutôt que de le clore.


Toutes les infos et la reservation :
https://www.billetweb.fr/le-retour-de-la-restitution


Source : Canthel-centre-de-recherche-en-ethnologie-de-la-Faculté Sorbonne

Bastina Voyages Migrantour, voyages équitables, si loin si proche

© bastina.fr – http://www.bastina.fr

Bastina Voyages Migrantour propose des balades urbaines appuyées sur l’histoire, le patrimoine et l’actualité des migrations.

Bastina – Migrantour © www.bastina.fr

Migrantour est un programme européen qui se déploie dans plusieurs villes d’Italie, du Portugal, de Slovénie, de Belgique et de France pour proposer des balades urbaines appuyées sur l’histoire, le patrimoine et l’actualité des migrations. Son intérêt est que les parcours soient accompagnés par les acteurs de la migration eux-mêmes. En charge de la coordination du programme pour l’Île de France, l’association Bastina coopère avec les Universités Paris Descartes Anthropologie, Cergy Pontoise et le Musée de l’histoire de l’immigration à une formation de médiateur culturel (passeur de cultures).


Toutes les infos :
http://www.bastina.fr
http://www.mygrantour.org/fr/migrantour-paris/


Découvrez ICI autres propositions de visites à Paris


Source : www.bastina.fr